01_chaminade_violette_10
02_glass_margaret_04
03_flattmann_alan_01
04_oussik_serguei_01
05_luther_na_01
06_picoulet_nathalie_01
07_barth_gwenneth_01
08_chaminade_violette_02
09_thomas_peter_03

Le Pastel

Le pastel est-il une peinture ou un dessin ?

Classer l'art du pastel dans la catégorie "dessin", provient probablement de ses premières utilisations pour rehausser les dessins exécutés "aux trois crayons". Les plus anciens qui nous soient parvenus sont un portrait de Jouvenel des Ursins exécuté en 1465 par Jean Fouquet,et une étude de Léonard de Vinci où l'on relève des traces de pastel, Jean Pérréal, peintre français, lui ayant fait découvrir l'art de "peindre à sec" en 1499.

La technique d'application du pastel a évolué au cours des siècles, les artistes estompent et mélangent les couleurs, le dessin disparaît, faisant place peu à peu à un procédé de peinture sèche.

En 1700 Joseph Vivien présente des oeuvres qui rivalisent avec la peinture à l'huile,…"grand comme nature, son portrait faisait douter s'il était peint à l'huile ou au pastel".

A notre époque, le pastel est une véritable peinture,tout en gardant ses qualités spécifiques, il ne peut plus être identifié comme du dessin avec des peintres comme Nathalie Picoulet, Pierre Caro, Chris, Alain Bellanger, Gwenneth Barth, Ken Paine, Peter Tomas, Monique Marchand, Patrick Martin, etc.

 

Le pastel se conserve-t-il ?

Les "inventeurs" du pastel sont probablement les artistes peintres préhistoriques, leurs peintures, pigments dilués avec de l'eau, peuvent être considérées comme les premiers pas du pastel, elles ont 20.000 à 30.000 ans, étaient presque toutes bien conservées lors de leur découverte.

Les oeuvres sur papier qui nous sont parvenues depuis 1465, sont dans un état de fraîcheur étonnant, ces oeuvres en témoignent, le pastel tient parfaitement sur les papiers traditionnels.

Les oeuvres au pastel plus ou moins endommagées du XVIIIème siècle et du XIXème retrouvées dans des greniers ou des caves, l'ont toutes été par l'humidité, qui attaque le papier, taches de moisissures, auréoles brunâtres, dues à des infiltrations d'eau. L'humidité ne s'attaque pas qu'au pastel, elle a gravement endommagé de nombreux chefs-d'oeuvre peints à l'huile sur bois ou sur toile, ce problème n'est donc pas spécifique au pastel.
S'il est protégé de la poussière, des chocs et des vibrations, mis à l'abri de l’humidité, le pastel est probablement la peinture la plus stable et la plus durable.

 

Le pastel résiste-t-il à la lumière ?

La tenue des pigments colorants ne dépend pas uniquement de la lumière, elle dépend d'autres facteurs : mélanges à d'autres composants, oxydation, ultraviolets, ozone, acides, bactéries, chaleur, humidité, etc.

Le problème de la tenue à la lumière est le problème commun à toutes les peintures Beaux Arts ou industrielles, extérieures et intérieures. Toutes sont à base des mêmes pigments colorants. La peinture à l'huile est sujette à des réactions chimiques dues à ses composants. Les pigments sont les mêmes que pour le pastel, mais l'on y ajoute des huiles, des diluants, des siccatifs, des vernis, etc. L'on comprend aisément que ces mélanges de produits de différentes natures, entraînent des réactions chimiques immédiates ou qui se révéleront avec le temps, oxydation de l'huile qui assombrit les couleurs, sans parler des réactions dues à des mélanges de produits inappropriés.

Le pastel est la peinture la plus riche en pigments colorants, il est à l'abri de toutes réactions chimiques.
La fabrication du pastel est simple, elle se résume à mélanger avec de l'eau une très forte proportion de pigments, 80 à 90%, à laquelle on ajoute un liant ou charge, poudre de craie d'origine maritime, kaolin,et une colle, gomme adragante ou gomme arabique. On forme la pâte en rubans cylindriques, coupés en bâtonnets que l'on fait sécher à l'air libre 3 à 4 jours, pour que l'eau s'évapore.

 

Le pastel est loin d'être aussi fragile qu'on le prétend

Les oeuvres au pastel sur papier ou sur toile se sont bien conservées, certaines ont près de 500 ans, celles du XVIIIème siècle, toujours aussi fraîches, ont maintenant 300 ans.

L'on peut constater leur bonne tenue à la lumière dans de nombreux Musées en France et à l'étranger où ils ne sont pas exposés dans le "noir", mais seulement protégés des ardeurs du soleil.

La chimie moderne a fait d'immenses progrès, mais aucune peinture n'est encore éternelle, les peintures à huile ont subi des restaurations constantes dans tous les musées du monde et l'on peut se demander quel sera le comportement des peintures acryliques dans 300 ans, 500 ans ?