01_chaminade_violette_10
02_glass_margaret_04
03_flattmann_alan_01
04_oussik_serguei_01
05_luther_na_01
06_picoulet_nathalie_01
07_barth_gwenneth_01
08_chaminade_violette_02
09_thomas_peter_03

Un peu de technique

Le pastel se présente sous forme de bâtonnets constitués de craie blanche (kaolin, blanc d'Espagne, etc) et de pigments colorants, réduits en poudre et mixés avec de l'eau et une colle : le liant (gomme arabique).
Il est fabriqué en deux qualités : sec et doux.

Les fabricants offrent une large gamme de couleurs, celle-ci peut être étendue à l'infini par mélanges et superpositions en cours de travail.

Le pastelliste travaille avec ses doigts ou directement avec le bâtonnet suivant les effets qu'il désire obtenir : estompages, hachures, touches vigoureuses, etc.

Préparation d'une oeuvre

La préparation d'une oeuvre s'exécute en traits légers, sans appuyer de façon à pouvoir rectifier les erreurs à tout instant sans blesser le support (papier)

1ère étape : consiste à dessiner les contours et quelques détails du sujet à l'aide de crayons pastel.
2ème étape : à l'aide de deux crayons pastel, un blanc et un marron, par hachures plus ou moins denses l'on définit les zones d'ombre et celles éclairées (valeurs), de la lumière la plus vive aux lumières tamisées jusqu'aux ombres les plus intenses.
3ème étape : chaque partie du sujet est teintée légèrement avec sa couleur (un jaune pour un citron, un rouge pour une pomme, etc.)
Cette dernière étape donne une vue d'ensemble de l'oeuvre future, l'artiste en corrige certains éléments. Le dessin est alors fixé à l'aide d'un fixatif.

Finition de l'oeuvre

Il n'y a pas de recette particulière pour achever une oeuvre au pastel, seule une longue expérience permet aux pastellistes d'acquérir une technique particulière qui mettra son talent en valeur.
Certains adoptent la technique de l'estompage, des mélanges et superposition de couleurs, d'autres celles des hachures, d'autres peignent par aplats de couleurs, excluent les ombres et les lumières, ou encore peignent par touches comme les peintres impressionnistes.
De nombreux pastellistes se servent à la fois de toutes ces techniques, chacun d'eux ayant ses propres "savoir-faire".
La beauté d'une oeuvre dépend de la maîtrise technique et du talent de chaque pastelliste.

Conservation des pastels

Les musées possèdent des pastels vieux de 400 ou 300 ans, ils ont gardé toute leur fraîcheur.
Les oeuvres au pastel sont protégées par une glace.

Contrairement à la peinture à l'huile, sujette à l'oxydation, les pastels se conservent parfaitement à la lumière du fait de ses constituants neutres : craie, argile blanc, etc. (les couleurs de synthèse fragiles à la lumière sont signalées par les fabricants).

En réalité le seul réel danger est l'humidité qui endommage les supports, (moisissure du papier, toile, etc).
Pour le pastel comme pour les oeuvres à l'huile, les chocs ou frottements sont évidemment à éviter.